Soyons en contact

 

Abîme

This page is still under construction

11-12-2016 - 09:0711-12-2016 - 09:11

Le mot “abîme” est intéressant à plus d'un titre. Il éveille les sens suivants : destruction, profondeur, perdition. Le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales nous met sur les pistes suivantes :

ggggggghggghh

Étymol. − Corresp. rom. : prov., cat. abisme; n. prov. abime, abisme; port., esp. abismo (> logoud. abismu). 1. Début xiies. « gouffre, profondeur insondable (de la terre) » terme relig. dans trad. (Ps. Oxford, éd. F. Michel, LXX, 23 : e des abysmes de terre derechief remenas mei); ca 1170 « id. », cont. non relig. (Benoit de Sainte Maure, Chr. Ducs de Norm., éd. Fahlin, I, 4219 : Li quatre vent eissant d'abisme commencerent entr'eus teu cisme... Que foudres volent e arson. [Description d'une tempête; cf. Virgile, Énéide, I, 60 ss]). 2. Début xiies. « profondeur insondable (de la mer) », terme relig. dans trad. (Ps. Oxford, éd. F. Michel, LXXVI, 15 : ... virent teil es ewes e crienstrent, e turbed sunt les abysmes); 2emoitié du xves. « id. », cont. non relig. (J. Molinet, Le Siège d'amours ds Gdf. Compl. : Mers et abismes loingtaines...). 3. Début xiies. « profondeur de l'enfer », terme relig. (Li ver del Juïse, éd. Feilitzen, 352 ds T.-L. : la terre crollerat trosk'en abisme el fonz). 4. Début xiies. « profondeur insondable », emploi fig., terme relig. dans trad. (Ps. Oxford, éd. F. Michel, XXXV, 6 : ... li tun jugement mult abysme); ca 1265 « id. » (Philippe de Novare, Quatre âges de l'homme, éd. Fréville, 117, ds T.-L. : la justice de Dieu si est une abisme). Du lat. chrét. abyssus (dep. Tertullien, voir abyssal) (d'où a. fr. abis « profondeur de l'enfer », terme relig., début xiies. ds T.-L., repris au xvies. ds Hug.; a. prov. abis, a. ital. abisso); les formes rom. (voir sup.) postulent une altération en *abismus au niveau du lat. vulg. (Gröber, Arch. lat. Lex., I, 233), d'orig. controversée, peut-être issu d'une formation superl. *abyss/íssimus devenue *abíss(i)mus par haplologie (Diez5, DG, REW3, Cor.) hyp. satisfaisante des points de vue sém. et phonét.; à remarquer cependant que le suff. -íssimus, fréq. en lat. vulg., affecte des adj., très rarement des subst., et dans ce cas toujours avec valeur hypocoristique, voir Hofmann, Lat. Umgangs-Spr., § 84; dominissimus invoqué par Diez5et Cor. est restreint au domaine hisp. (Du Cange, s.v.) où le superl. en -issimus, fréq., est repris par les lang. rom. Emplois analogues du lat. abyssus et de l'a. fr. abisme : cf. pour 1, Ps., LXX, 20 : et de abyssis terrae iterum reduxisti me; - pour 2, ibid. LXXVI, 17 : viderunt te aquae et timuerunt; et turbatae sunt abyssi; et ca 768 Aethicus Ister, 36 ds Mittellat. W. s.v., 70, 40 : ut... differentiam maris et abyssi sciret; - pour 3, Vulg., Apoc., 9, 1 ds TLL s.v., 244, 30 : data est ei clavis putei abyssi; - pour 4, Ps., XXXV, 7 : judicia tua abyssus multa; et Alcuin, Épist., 136 ds Mittellat. W., s.v., 70, 32. L'hyp. abyssu + īmu > *abiss(i)mu (Rohlfs, R. Ling. rom., 21, 1957, pp. 300-301; Bambeck, Lat. rom. Wortstud., 124) par assimilation de *abíssímu à la formation superl. -íssimu (> *abísmu.) est satisfaisante du point de vue sém. (ímus est fréq. chez St Augustin, voir TLL; mêmes emplois propre et fig. que abyssus, voir Blaise), cependant ímus signifie « qui est au fond », alors que la notion d'abîme suggère gén. l'idée d'absence de fond; d'autre part, il est difficile d'admettre que l'adj. -ímus n'ait plus été senti comme tel. − L'hypoth. d'une adaptation de l'a. fr. abis en abisme sous l'influence de l'anton. a. fr. altisme (Brüch, Neu. Spr., XXXII, 426), satisfaisante du point de vue sém. et styl. (l'adj. altisme fréq. dans cont. relig.), est difficilement acceptable, parce que ne pouvant rendre compte de l'esp. abismo (avismo, 1219, Aguilar de Campóo, d'après Blondheim ds Rom., XLIX, 15), dont l'empr. au fr. est peu vraisemblable. − L'hypoth. d'une assimilation au suff. sav. -ísmus (FEW, Dauzat 1964, Bl.-W.4, EWFS2) fait difficulté, ce suff. formant, en gén., des mots abstr. (Diez5), sémantiquement éloignés de abismus; il est cependant fréq. en lat. chrét.; cf. Berger, Die Lehnwörter in der fr. Spr., 40 et 287. HIST. − Directement issu du lat. chrét., abîme, trad. fr. du lat. abyssus, est d'abord attesté comme terme biblique (début xiies.) dans les trad. fr. de l'Anc. et du Nouv. Test. Dans l'A. T. il désigne à la fois le chaos primitif, les cavernes immenses de la terre où Dieu rassembla les eaux, enfin les eaux elles-mêmes tirées du chaos; dans le N. T. il désigne l'enfer, séjour des damnés. Il s'emploie aussi au fig. dans la lang. relig. Très tôt (fin xiies.) il passe dans la lang. profane où son sens s'élargit pour désigner du seul point de vue phys. toute profondeur (marines, à ciel ouvert ou souterraines) dont on ne peut mesurer le fond (ext. à toutes les dimensions). Dans cette même lang. profane, il prend parallèlement des sens fig. : le mot est alors empl. métaphoriquement soit comme terme techn. (chandellerie, hérald.), soit pour exprimer l'idée d'impénétrabilité pour l'esprit ou l'idée d'incommensurable (par ex. dans abîme de misère pour comble de la misère). − Rem. 1. Ne pas confondre abis, abîme et abysse : abis < abyssus, avec en anc. et moy. fr., l'unique sens d'« enfer », disparaît des dict. au xvies. (dernière attest. ds Hug.); abîme < abyssus + issimus (cf. étymol.), absorbe abis et subsiste seul; abysse < abyssus mot sav. entré dans la lang. au xixes. avec un sens techn. (cf. art. abysse). 2. Subst. masc. et fém. jusqu'au xviies. (avec prédominance du fém. au xvies., nombreux ex. ds Hug.), il devient exclusivement masc. à partir de Nicot 1606. 3. Par déglutination, l'abisme fém. a pu se dissocier en la bisme cf. inf. : A 2 (1erex.) et B 1 (2eex.). I.− Disparition av. 1789. − Estre l'abîme des yeux de qqn « être l'obj. de la contemplation intense de qqn », xvies., 1 seul ex. dans la docum. : et il s'agit donc sans doute d'un fait de style. Tu es à son gré la personne De la cour qui danse le mieux, Tu es l'abîme de ses yeux, Tant tu vas propre et bien en poinct. (1491-1558, Saint-Gelays, Chansons, 9, II, 230 ds Hug.). II.− Hist. des sens et accept. attestés apr. 1789. − A. − Sém. sens A (phys.) « profondeurs immenses, terrestres ou autres » : Il y a de profonds abysmes dans ces montagnes, dans ces rochers, dans ces mers, dans ces rivieres. (Fur. 1690). 1. « cavités marines » (cf. sém. A 2) (et étymol. 1). − xiiies. : Et puis recheoit [le navire] si profond que avis estoit qu'elle cheïst en l'abisme et avenoit priés la tere el fons. (Chronique de Rains, 47 ds Littré). − xives. : Tant sur terre comme en abysmes [en mer]. (1373, Froissart, Joli buisson de jonesce ds Littré). − xvies. : Mers et abismes loingtaines. (av. 1507, J. Molinet, Le siège d'amours ds Gdf.). Les hault rochers des monstrueuses undes Se sont cachez es abismes profondes. (1544, Apol. nouv. du Debat d'Eole et Neptune ds Hug.). − xviies. : L'océan étoit jaloux de voir sonder ses abysmes. (Ablancourt ds Trév. 1752). − xviiies. : Dans l'Écriture il se prend pour les eaux que Dieu créa au commencement avec la terre, et qui l'environnoient de toutes parts. (Trév. 1752). 2. « cavités terrestres à ciel ouvert » (cf. sém. A 1 et étymol. 1). − ca 1300 : il sont tuit aussi perdu en ceste queste come s'il fussent fondu en bisme. (Lancelot, ms. Frib., 1o61 c ds Gdf.). − xviies. : Abîme, gouffre profond. (Rich. 1680). Le terrain s'affaisse et ouvre un abîme. (1699, Fénelon, Télém., 15 ds DG). − xviiies. : Il se prend encore pour les cavernes immenses de la terre où Dieu rassembla toutes ces eaux le troisième jour et que Moyse appelle le grand abysme. (Trév. 1752). 3. « cavités souterraines » (cf. sém. A 3) (cf. étymol. 3, 4), notamment pour désigner l'enfer. − xiiies. : Ke m'anrme n'assorbisset en abisme diables. (ca 1200, Poème moral ds T.-L.). Li poins de la terre, ce est li mileu dedans, qui est apelez abismes, la ou enfers est assis. (1266, Br. Latini, Li livres dou tresor ds T.-L.). − xves. : Pour en bysme tres orde Faire sejour au nombre des dampnez. (fin xves., Myst. des Actes des apôtres ds Gdf.). − xviies. : Les damnés sont dans l'abîme infernal. (1609, F. de Sales, Introd. à la vie dévote, I, 15 ds DG). − Rem. « chaos » peu employé, 1reattest. xives.; résurgence dans un contexte relig. ou moral ds Besch., Rob., ds Lar. encyclop. Cf. aussi art. sém. ex. 18 : Cahos : abysmes (ds G. Briton, Rem. sur le patois suivies du vocab. lat.-fr. 97 b ds T.-L.). 4. emplois fig. (cf. art. sém. A 4) a) chandellerie, 1reattest. ds Fur. 1690 : Abysme est aussi un vaisseau fait en prisme triangulaire renversé qui sert aux chandeliers à fondre leur suif, et à faire leur chandelle, en y trempant plusieurs fois leur mèche, (cf. aussi Trév. 1704, 1752, 1771; Ac. Compl. 1842; Besch.; Littré; DG; Lar. 20eet art. sém.); b) hérald. 1reattest. dans la docum. disponible ds Fur. 1690 : Abysme. Terme de blason. C'est le cœur, ou le milieu de l'Écu, en sorte que la pièce qu'on y met ne touche et ne charge aucune autre pièce telle qu'elle soit. Ainsi on dit d'un petit Écu qui est au milieu d'un grand qu'il est mis en abysme (...). (Cf. aussi Ac. 1694 à 1798; Trév. 1704, 1752, 1771; Ac. Compl. 1842; Littré; DG et art. sém.). B.− Art. sém. sens B (philos.) 1reattest., cf. étymol. 4. 1. « profondeur insondable, impénétrable pour l'esprit humain, la raison » : − xiiies. : Li abysmes des escritures. (av. 1250?, Délivrement du peuple d'Israël, ms. du Mans Io31 vods Gdf.). − xives. : Telx sont li jugement de dieu le roi haultisme, Qu'il n'y a fons ne rive, c'est une droite bisme. (Girart de Rossillon, 24 ds T.-L.). − xviies. : La raison humaine est un abisme où l'on se perd. (1654-1655, Ablancourt, Lucien ds Rich. 1680). Les secrets de la nature sont des abysmes. (Ac. 1694). − xviiies. : La divisibilité de la matière à l'infini est un abysme pour l'esprit humain. (Ac. 1762). 2. « degré élevé dans le quantifiable ». − xvies. : On l'eust jugé à l'ouyr et le veoir/Une profunde abisme de scavoir. (1476-1550, J. Bouchet, Épist. famil. du Traverseur, 68 ds Hug.). − xviies. : Se dit aussi de ces dépenses excessives dont on ne peut juger avec certitude. On ne peut certainement régler la dépense de la Marine, c'est un abysme. (Fur. 1690). − xviiies. : Il se dit aussi fig. Des sciences difficiles, et qui demandent une tres-grande estude. C'est un abysme que les Mathematiques. On dit au fig. Un abyme de malheur, un abyme de misère, pour dire Un extrême malheur, une extrême misère. (Ac. 1740). Abyme, se dit aussi figurément Des choses qui engagent à une excessive dépense, et qui sont capables de ruiner. Le jeu, les procès, les bâtiments sont des abymes. (Ac. 1762, cf. aussi Fur. 1690). − Rem. Au xixes.; disparition de l'emploi absolu, et comme quantificateur de subst. concr. A citer encore l'emploi mentionné par Ac. 1798 : On dit familièrement et populairement d'un mets, qui consume une grande quantité de sucre ou d'autre chose, c'est un abîme de sucre, etc. Aujourd'hui, quand il s'agit de consommation de biens ou d'argent, le lang. tend à substituer gouffre à abîme.

gggggggggggggg

la définition apportée par le Littré avec notamment une légère emphase, personnelle, sur volupté intime qui absorbe tout autre sentiment.


Top
Le Blog Apocryphe utilise des cookies pour sauver vos préférences et RIEN d'autre. Je vous demande de bien vouloir accepter les cookies qui sont positionnés sur mon blog et je vous promets en retour de ne RIEN laisser transparaître de votre parcours de visite, dont d'ailleurs vous me faites l'honneur. Au cas où néanmoins vous n'accepteriez pas d'utiliser les cookies, vous aurez probablement une navigation LÉGÈREMENT dégradée sur le Blog Apocryphe. Bonne visite!X