Soyons en contact

 

Nouvel An 2018-2019

31-12-2018 - 23:0501-01-2019 - 15:30

2019 pointe déjà son nez. L'année 2018 ne me laisse pas un agréable souvenir, j'avoue. Pas bon le goût de 2018. Pas bon. Ces vœux seront politiques. Ils contrastent fortement avec mes vœux de l'an passé !

Je vous promets néanmoins qu'ils ne seront pas orientés vers les tropismes habituels : gauche, droite, centre, milieu, haut ou bas. Noir ou blanc. Jaunes, oranges, bleus ou verts. Tout cela n'a aucune prise. L'enjeu est bien au-delà du clivage des partis. À chacun ses valeurs, ses vertus, ses mérites, ses générosités, ses idéaux. Voilà déjà une bonne soif.

Comme moi, peut-être recevez-vous déjà les bons vœux de la famille, des amis, et des connaissances : "Bonne année et bonne santé ! Beaucoup de bonheur !". N'avons-nous pas autre chose à écrire, à nous souhaiter ? Comme moi, peut-être pensez-vous déjà à ce que nous réserve 2019. Et il a du taf. Cette année se termine en eau de boudin. Et du boudin, je ne peux m'en procurer en provenance de Marrakesh ! Un traité au sujet duquel notre classe politique ne trouve pas matière à nous consulter. Je me suis farci les 41 pages de ce traité, non contraignant (la belle affaire : le même piège que celui mis en place avec les Traités de Maastricht et de Lisbonne et déjà dénoncé par Pierre Seguin en 1992). Et je suis comme les Euros... sceptique. Sceptique et excessivement critique.

Quand j'avais 12-13 ans, il n'était pas rare de voir des familles où seul l'un des deux membres du couple travaillait. Aujourd'hui, ce n'est plus possible. La société pousse nos jeunes à des alliances économiques, nappées d'attirance physique et de convoitise charnelle, mais économique au centre, bien fourrés. Les salaires d'aujourd'hui sont au niveau de 1973. 1971 aux États-Unis. Rendez-vous compte ! Dans le même temps, le prix d'un pain a été multiplié par 12. Il faut prendre toute la mesure de cette … démesure.

Je suis un Eurotrompé. Un désabusé. Un Euronavré. Mais Euro quand même ! Un thuriféraire de la sortie de cette Europe-là (avec l'activation de l'article 50 du Traité de Lisbonne) ! Sortie; pas essayer de la modifier ! L'Europe qu'on connaît est pourrie dans toutes les parties de l'arbre, des racines aux feuilles. Sortir, oui, afin de pouvoir en construire une autre, plus humaine, plus harmonisée, mieux synchronisée. Une Europe autrement charpentée. Un travail de plus d'une vie !

Mais notre Europe, l'Europe qu'on nous fourgue, au rabais, fait partie d'une esquisse qui a été voulue et préparée depuis de nombreuses années. Ce que nous vivons n'est pas un hasard. Tout cela, des hommes et des femmes pervertis l'ont dessiné dans l'ombre, en catimini, échappant à tout contrôle démocratique. En France, c'est depuis 1973 que le mouvement est en marche. C'est l'année du casse du siècle (loi Pompidou / Giscard / RothschildGeorges Pompidou a été au service de la Banque Rothschild de 1954 à 1958 et de 1959 à 1962). 1973 : l'année du vol de la démocratie par la main-mise sur le pouvoir de création monétaire. Et le clou a été enfoncé en 1992 avec l'article 104 du Traité de Maastricht) et en 2007 avec le Traité de Lisbonne et son fameux article 123 (notez d'ailleurs que pour tout noyer, il n'existe pas de texte officiel consolidé de ce traité … d'ailleurs, cherchez par vous-même pour vous rendre compte de la formidable arnaque !). Nous avons été piégés. Nous le sommes toujours aujourd'hui. Plus que jamais. Piégés n'est même pas le mot juste. Soumis, concassés, broyés, oui ! Nous sommes tous devenus esclaves du système financier qui a tout noyauté. Nos impôts servent aujourd'hui à rembourser les intérêts des dettes publiques (pas la dette elle-même), dettes créées de toute pièce avec la loi Pompidou / Giscard / Rothschild de 1973, ensuite reportée au niveau européen avec l'article 104 de Maastricht et bétonnée par l'article 123 de Lisbonne : nous sommes effectivement esclaves des banques privées, oui, ces mêmes banques qui déclarent vouloir être centrées sur le client, vouloir nous faciliter le crédit, donner chair à nos projets, etc. Allons ! Vous les connaissez ! Oui, oui … ce sont bien elles ! Les mêmes qui ont fait vaciller le monde en 2008 ! Si si !

Avec le mouvement des gilets jaunes, le gouvernement belge qui tombe (ou vacille), oui l'année 2019 peut faire basculer beaucoup de choses. Et que personne ne s'y trompe : ces revendications sont affaire de bonheur, de félicité, de bien-être et ... de dignité, toutes matières qui sont sur le podium des bons vœux. Mais pour cela, il faudra une large prise de conscience et une mise hors jeu du monde politique actuel, toutes tendances confondues pour que nous puissions nous extirper du piège actuel : cela passe par un retrait de l'Europe ! Et pas de retrait de l'Europe possible sans la possibilité d'organiser un référendum où le peuple exprime son souhait d'en sortir. Et cela passe par le RIC — le seul décapsuleur universel qui nous permette de débouquer !

Que cette année 2019 vous soit heureuse, morale, voluptueuse même, voire enchantée. Qu'elle nous permette de reprendre notre destin en mains afin de retrouver des hommes et des femmes souriants, des enfants aussi, nourris à autre chose que TV Crétins.

A très bientôt. Avec mes meilleures pensées.


Top
Le Blog Apocryphe utilise des cookies pour sauver vos préférences et RIEN d'autre. Je vous demande de bien vouloir accepter les cookies qui sont positionnés sur mon blog et je vous promets en retour de ne RIEN laisser transparaître de votre parcours de visite, dont d'ailleurs vous me faites l'honneur. Au cas où néanmoins vous n'accepteriez pas d'utiliser les cookies, vous aurez probablement une navigation LÉGÈREMENT dégradée sur le Blog Apocryphe. Bonne visite!X